enfin à bord du ping-car poupée

(Vous excuserez le manque d’accent jusqu’à ce que je les trouve sur la tablette)

Apres 2 jours à attendre notre camping-car a Zarate, 100km au Nord de buenos aires, le transitaire nous annonce que nous récupèrerons bien notre maison à roulettes en 3h maximum. Nous passons finalement une journée dans une cabane de chantier convertie en buvette, à cause parait il du nouveau système. Nous en profitons pour faire la connaissance d’un couple d’allemands, Manfred et Marie-Louise, et un couple de suisses qui récupèrent respectivement leur superbe camping-car et leur camion unicat aménagé, un château et un monstre comparés au notre!

Mercredi, nous quittons notre hôtel avec l’assurance du patron qu’on peut l’appeler à tout moment en cas de besoin. Nous passons nos 2 premières nuits au camping de san antonio de areco, au bord d’une rivière sous l’oeil bienveillant des chevaux. Une classe primaire vient passer le week-end pour fêter la fin du primaire enchainant baignades et barbecue jusqu’au bout de la nuit. Hombeline passe la soirée au milieu des filles tout en refusant obstinément de dire un seul mot

Vendredi soir, nous faisons  étape a Azul ou plutôt 15km avant lorsque la fenêtre de toit est arrachée et que l’orage arrive. Heureusement qu’une station désaffectée nous permet de nous abriter pour la nuit. Le lendemain, Pascal découpe un morceau de plexiglass qui, bien collée, servira de fenêtre.

Samedi soir, après une journée de route éprouvante, les kilomètres de routes parfaitement rectilignes, sans  relief, une température moyenne de 40, nous aspirons a trouver une plage a Bahia Blanca, mais rien a moins de 100km! Nous dormons dans une rue qui s’avère bruyante et la température nocturne est toujours étouffante. On commence a se demander si on trouvera un intérêt sur le trajet d’Ushuaia, alors qu’il nous reste plus de 3000km a parcourir. Pascal décide de se lever  à 5h du matin pour rouler à la fraiche.

Dimanche, lors d’une étape petit déjeuner à Luro, une petite bourgade sans intérêt, écrasée par le soleil, un argentin nous conseille d’aller à 5 km de là, au bord de la salada, un lac d’eau salée. On y trouve avec plaisir, une plage bien arborée, des parasols, une eau peu profonde, parfaite pour s’y baigner, avec des douches à disposition! Dans l’après-midi nous arrivons à Viedma ou une plage est indiquée a 25km de la. Mais les indications des locaux sont déroutantes, ne parlant qu’en termes de blocs de maison, avec des nombres parfois approximatifs, et on fait plusieurs heures de pistes probablement les plus belles depuis notre départ.

IMG_5090Le paysage est légerement valloné, et quelques petites exploitations ponctuent le paysage

IMG_5109

Au bout nous trouvons la côte et, au pied des falaises, des piscines naturelles où des familles se baignent.

image001 image002 image003

Nous demandons à celle qui remonte, et nous apprenons que notre petite promenade nous a fait contourner la route goudronnée et que nous sommes à 180 km de la prochaine pompe à essence! Nous retroussons donc chemin sur le bitume pour trouver enfin la plage tant désirée, el condor, a 19h. Alors que le camping car est garé directement sur le sable stabilisé, pascal préfère chercher une place plus loin du bruit de la mer et… S’ensable a 80cm de la chaussée. Lundi matin, on fait appel à la police municipale et aux pompiers qui viennent avec leur gros camion mercedes rouge pour nous tracter, en vain. Ils appellent alors “le peloton” qui aide à pousser le camping car en utilisant les plaques de désensablage. On donne une “collaboration” de 100 pesos aux policiers et aux pompiers, et on peut enfin aller jouer en bord de mer et faire un pic nic dans l’abri des pécheurs.

image005 image006 image007 20131217_054927

On
repart pendant la sieste pour arriver, après une heure d’arrêt pour trouver une
solution de raccordement gaz, à Las Grutas vers 19h, suffisamment tard pour stationner en bord de mer. Les enfants profitent des piscines naturelles jusque tard, alors que la chaleur est toujours   étouffante jusque tard dans la nuit. Pascal n’en peut plus de rouler pendant   des heures dans des paysages plats, avec une végétation de plus en plus rase   et clairsemée, sans âme qui vive sur de longues distances, en luttant contre   le vent. On se demande très sincèrement pourquoi on est venus jusqu’ici.

Mardi, Pascal fait de nouveau la route tôt et nous arrivons à l’entrée du parc de la péninsule de valdes vers 10h. Une petite pause au centre d’information permet de donner aux enfants une idée de la taille des baleines et de leurs… On ne sait pas très bien ce qu’il faut attendre de ce parc mais on nous en a tellement parlé… Qu’apres un déjeuner express on ne prend même pas le temps de passer au camping municipal pour vérifier si Manfred et Marie-louise y sont encore. Leur camping car plus récent que le nôtre (doux euphémisme) et l’organisation légendaire des allemands leur a certainement fait prendre pas mal d’avance! Nous verrons bien en fin de journée puisque le camping municipal est le seul endroit autorisé aux camping car la nuit.

Apres 70km de piste, une première expérience de conduite pour Hélène, et quelque guanaco identifiés (enfin) en route, l’arrêt à la pointe nord, nous met nez à nez avec un drôle d’animal pas farouche du tout, le piche

image009  image011

Puis, du haut de la falaise, on découvre la plage parsemée d’éléphants de mer (les gris) et de loups de mer (les beiges). En regardant bien, vous verrez un couple qui se dresse l’un contre l’autre.

image010ElephantsMer

50 km plus au sud, Hombeline s’est remise de la visite aux éléphants et Camile est réveillé pour aller voir les pingouins. Alors
qu’on pense devoir les approcher à pas feutrés, ils colonisent en fait la côte
jusqu’à quelques centimètres du fil.

délimitant la zone autorisée aux visiteurs. Les enfants adorent ces oiseaux étranges qui se laissent approcher sans difficulté et Camile se lance dans un long monologue de “viens pingouins” qui les laisse de marbre.

Les pingouins formant des couples stables, on en voit 2 partir pêcher comme des amoureux.

image013

image012

On repart pour quelques kilomètres encore aux bouts desquels Camile pourra aussi observer les éléphants de mer dressés les uns contre les autres ou bien pêchant.

En fin de journée, nous sommes tout contents de retrouver au camping Manfred et
Marie-Louise. Malheureusement, c’est pour une mauvaise raison qu’ils sont là:
ils ont cassé l’embrayage en essayant de se désensablés et sont là depuis 2
jours, dans ce camping balayé par les vents, à attendre que la pièce soit
expédiée d’Allemagne! Ils nous invitent à diner dans leur luxueux camping car
un ragout allemand avec choux rouge et fricadelles. Camile, contrairement à
sa  sœur, préfère cela aux pates. On partage notre déception des routes Argentines, plates, droites,
quasi sans végétation, qui passent à plusieurs kilomètres des agglomérations…
Même sur la plage du village, il est difficile de se baigner car le vent projette
du sable dans le visage des enfants et un épais tapis d’algues gluantes empêche
de s’approcher de l’eau. Nous proposons à nos amis de les emmener le lendemain
dans notre camping car pour une ballade face à l’île aux oiseaux.

IMG_5308

Mercredi,
nous prenons le temps d’aller boire un verre au village puis partons pour l’île
aux oiseaux, ou nous pouvons voir à la jumelle des flamands roses et des nuées
d’oiseaux qui colonisent l’île. Puis nous prenons la route pour Rawson et la loberia

IMG_5334 LoboPapaMaman

 

LoboRetourMer

IMG_5316

 

Plus de nouvelles à venir avec les photos comme avant-goùt

plageRadaTilly

20131218_214735

20131220_12251920131217_054927

 

 

Advertisements

10 thoughts on “enfin à bord du ping-car poupée

  1. Bonjour à tous !
    C’est Jean-Luc qui vous a dénoncés, en me communiquant le lien de votre blog… 🙂
    La Patagonie fait partie des lieux que j’espère bien voir (et photographier) un jour.
    Je vais vous suivre virtuellement dans votre périple aux Amériques !
    Bonne chance !

    Pierrick

  2. Bonjour, la petite famille !
    Un petit Joyeux Noel des pays froids (enfin 15 degrés à Noel, il y a plus froid..)

    On vous embrasse. Nicolas (et Soline, Alix et Sam)

  3. tres joli ,malgré tous vos problèmes mais cela en vaut la chandelle joyeux noel à tos et surtout les petits et bon anniversaire à Pascal gros bisous de Noelle et Roger.

    • Merci et bonnes fetes à vous. Les soucis ne sont que matériels et ne nous empechent pas de rouler donc, on profite!
      Nous venons de passer 2 jours dans le parc naturel de la terre de feu, splendides…
      Grosses bises à vous

  4. Hello Hélène,

    Tout d’abord une très belle et joyeuse nouvelle année pleines d’aventures pour toi et ta famille… C’est sympa de voyager avec vous.
    Ce sacré père noel, il est vraiment partout !!!
    A bientôt

    • Merci pour ton message,
      Ce qui est génial, c’est que malgré ce noël à l’arrache sur un parking, avec des biscuits secs et du cidre, le lendemain, Hombeline au réveil me disait “C’était super Noël”. Comment se réjouir de peu, c’est la magie des enfants!
      En te souhaitant une belle année 2014

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s