Santo Domingo – Réflexion sur les riches

14/02/2014: Après avoir fait opposition à la carte bleue nous reprenons la route vers Los Angeles où nous participons à la soirée “Saint Valentin” sur la place d’arme. A l office du tourisme, on nous indique qu’à quelques kilomètres, il y a des chutes d’eau où l’on peut se baigner. Ce sera notre pause plaisir du lendemain.
15/02/2014: Nous allons jusqu’aux chutes d’El Laja. En fait, en saison sèche, elles sont aussi parcimonieuse que les touristes y sont nombreux. On continue notre route vers Chillan où l’on visite le marché couvert
16/02/2014: Chillan: visite du parc Bernardo O Higgins, route jusqu’à Curico. Cette agglomération ne présente pas grand intérêt sauf pour les enfants car l’avenue principale est suréquippée en toboggans, balançoires et autres jeux. De plus, des gens proposent d’autres jeux payants. On leur promet donc d’y aller le soir en pensant que cela risque de gréver le budget. En fait, les tarifs sont plus que dérisoires et les enfants s’en donnent à coeur joie jusqu’à 22h.
17/02/2014: Pour varier un peu de l’autoroute, nous prenons les nationales vers la côte. Alors que le soleil est omniprésent depuis plusieurs jours, en passant les dernières collines avant la côte, le ciel se charge de nuage et nous arrivons à Santo Domingo dans l’après midi sous un ciel gris. C’est une ville balnéaire où il n’y a quasiment que des villas cossues, où le stationnement est interdit dans toutes les rues, sauf le long de l’immense plage. Le temps n’étant pas au beau, nous sommes quasiment seuls sur la plage, à part les jogger et joggeuses. Nous constatons d’ailleurs que le changement de classe sociale s’accompagne d’un changement de profil physique. Les femmes sont notoirement plus fines, sont moins typées “indienne” et plus européennes et plus sportives manifestement. Petite ombre au tableau de ce bivouac, les moustiques qui envahissent tout espace laissé ouvert. Il s’avère qu’Olivier Christelle et Lila ne sont pas très loin. Aussi nous leur donnons rendez-vous ici. Pascal choisit une place de stationnement sur le parcours des carabinieri qui patrouillent toute la nuit. Dans la nuit la situation se corse puisqu’un agent de la municipalité vient nous informer qu’un arrêt interdit aux camping car de passer la nuit dans cette zone et que nous devons nous déplacer vers une autre plage. Nous mettons en avant que les enfants dorment et qu’on ne veut pas les réveiller. L’agent accepte mais nous avertit que nous risquons d’être délogés si un inspecteur de la municipalité vient. Nous doutons fort que l’inspecteur vienne en plein milieu de la nuit et nous rendormons. Vers 4h du matin, nous sommes de nouveau réveillés par 2 jeunes bourgeois qui nous somment de partir selon le même arrêt municipal. Comme ils refusent de nous laisser tranquilles, Pascal se met à klaxonner et faire des appels de phare au moment où les carabinieri passent. Les jeunes prennent la fuite!
Le 18/02/2014, nous constatons qu’un de nos pneus est déchiré. Il n’y a rien de bien surprenant puisque ces pneus n’étaient pas neufs à notre départ de France et qu’ils ont fait des milliers de kilomètres de “ripio”. Pascal comprend alors pourquoi la “direction” du camping-car était cahotique depuis environ … 1000km. Nous avons eu bien de la chance de ne pas éclater un pneu sur la route!

20140218_115815

Comme nos amis arrivent, on prend le temps de jouer dans le sable, discuter, déjeuner sur le bord de mer pendant que le soleil commence à percer.

20140218_150502

On discute avec les agents qui facturent le stationnement et nous renvoient vers l’inspecteur de la municipalité, un monsieur affable qui nous explique qu’effectivement nous n’avons pas le droit de stationner ici pour la nuit mais qu’il y a une plage un peu plus loin où nous pourrons le faire. Un agent de la PDI (?) vient lui nous dire que les camping car ne sont absolument pas autorisés à stationner. Hélène explique que, vu l’état de notre pneu, nous ne resterons pas très longtemps car nous devons impérativement réparer. Nous partons donc vers l’agglomération la plus proche San Antonio, aussi pauvre et industrieuse que Santo Domingo peut être riche et oisive.
Une fois la réparation effectuée et les dernières courses faites pour les anniversaires des filles, nous revenons sur Marbella l’autre plage de Santo Domingo, où effectivement le stationnement ne se fait pas devant les baies vitrées des gens aisés mais face à une petite baie qui s’ouvre sur une longue plage équipée de parasols et de fauteuils en libre service. Le 19/02/2014, nous profitons donc de la plage de Marbella, où les enfants se prennent tour à tour pour des plagistes, réarrangeant tous les fauteuils ou pour des stars s’allongeant langoureusement sous les parasols.

20140219_121206 IMG_7043 20140219_121230

IMG_7040

Hélène et Camile tentent une baignade malgré le drapeau rouge.

20140219_125020

Bref, tout va pour le mieux sauf que le même inspecteur de la municipalité que la veille vient nous demander, après avoir discuté avec ses collègues, si nous avions obtenu un permis de stationner auprès de la municipalité. Comme ce n’est pas le cas, il considère que nous n’avons pas le droit de rester. Selon lui, l’autorisation de stationner sur ce parking ne s’applique pas aux camping car. On commence à comprendre ce que peuvent vivre les gens du voyage en France. Nous n’approfondirons pas plus l’existence de l’arrêt municipal, ni la possibilité d’obtenir un permis de stationner.
Nous décidons donc de partir vers une plage que nous a indiquée l’inspecteur à une vingtaine de kilomètres plus au Nord. De toutes les façons, nos amis voulaient faire ce trajet car il leur permettra de voir un canard spécifique sur la lagune “El Perral”.
L’inspecteur, logique, ne veut pas nous facturer le stationnement, puisqu’il nous l’a interdit. Il nous demande une photo souvenir de lui et nous devant les camping-car. Manifestement, il ne comprend pas lui même la logique de l’interdit municipal mais applique la règle imposée par la classe fortunée pour protéger sa zone de villégiature de la présence des gens pas comme eux (interprétation d’Hélène).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s