Chaco paraguayen sous la pluie

07/06/2014: route sous un crachin sur des km de route droite. Le paysage vire au marécage. Tous les terrains sont inondés, vaches, moutons, humains, palmiers sont tous les pieds dans l’eau pour le plus grand plaisir des hérons et des crocodiles. En effet, Pascal s’arrête une nième fois pour vérifier que le tour de la roue n’est pas tombé. Il trouve juste devant le capot, ce qui ressemble aux restes d’un crocodile. Il ne traine pas pour remonter au volant!

IMG_9688 IMG_9702 IMG_9703 IMG_9704 IMG_9708 IMG_9731

IMG_9732

D’ailleurs on n’arrive pas à trainer hors du véhicule. Alors que Pascal décide de faire une pause sur une entrée d’estancia qui a l’air proprement gravillonnée, on s’embourbe parceque sous les gravillons… c’est de la boue. Nous sommes donc condamnés à rouler!

 

Nous arrivons en début d’après midi à l’école agricole de Cerrito. Visite des jardins, du potager, rencontre avec les lombrics, les poules, les vaches, les cochons… Hombeline et Camile ont les ont trouvés géniaux, et Pascal impressionné par la paire de couille du porc car elles faisaient la taille d’une grosse noix de coco chacune

20140607_151116

. Ensuite, on profite du salon de l’hôtel pour s’étaler dans les canapés, regarder la télé, poster sur le blog, gouter puis dîner à table, et jouer au baby foot pour bien finir la journée.

IMG_9739 IMG_9740 IMG_9748 IMG_9749 IMG_9752  IMG_9757

 

Une jolie crèche à côté de la télé pour les mécréants comme nous qui ne sommes même pas rentrés dans l’église!

IMG_9756

 

PS: petite discussion avec 2 élèves. Comme Helene comprend difficilement l’un des deux et pas du tout le deuxième, l’un des élèves confirme que les paraguayens parlent bien espagnol, mais avec un fort accent. Il fait une démonstration en disant ‘dos cientos mil’ en espagnol sans trop d’accent, puis avec leur accent paraguayen. Ben, même en sachant ce qu’il va dire, on ne comprend absolument rien! Et cela se confirmera par la suite. Pascal qui avait déjà du mal en Espagnol, ne comprend plus rien. Hélène qui n’avait pas de soucis en Argentine, Chili et Bolivie, se retrouve dans la même situation que Pascal avant. Cela fait bizarre!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s