SanBernardino

mardi 10 Juin, nous décidons de partir d’Asuncion sans réparer notre tour de roue ou plutôt en comptant sur la réparation de fortune faite par Pascal. Au moment de partir la laverie qui devait nous rendre notre linge a pris du retard à cause d’une coupure d’électricité. Décidément, une sur la frontière, une à l’école San Francisco, une nouvelle aujourd’hui, ce pays semble avoir du mal à assurer l’approvisionnement en continu. Nous quittons donc Asuncion aux horaires de pointe en disant au revoir aux bouchons de fin de soirée et aux bus bondés de gens qui rentrent dans leur banlieue. Même Hombeline a un petit mot de sympathie en voyant ces gens entassés dans les bus remplis à tel point que la porte arrière reste ouverte. Nous arrivons à San Bernardino dans la soirée. Nous découvrons une petite station balnéaire chic et jolie, comptant des villas anciennes ainsi que des usines qui ont encore un certain charme.

IMG_9889 IMG_9891

Hors saison, il n’y a personne et presque aucun restaurant ouvert. Or nous n’avons pas envie de faire à manger. Alors Hélène part chercher une pizza pendant que les enfants investissent le superbe parc municipal. On dîne devant le bel “arbre de vie” illuminé de lampions. Décidément les villes riches sont bien agréables aux camping-caristes. Un couple d’américains vient discuter avec nous. Il est d’origine suisse (il parle le français!), et par des membres de sa famille qui ont adopté au Paraguay, il a découvert ce petit pays et décidé d’investir en rachetant un très vieil hôtel (www.hoteldellago.com). Il nous parle des célébrités (plus ou moins sympathisants nazi) qui y ont séjourné et même un certain Foster qui s’y serait suicidé. Manifestement, il est passionné par l’histoire attachée à cet hotel et nous propose de le visiter. On est d’accord pour venir prendre un café le lendemain matin. La cuisine est fermée (hors saison, rappelons) mais le lendemain, mercredi 11 juin, le café nos attend servi sur la terrasse de l’hôtel, vue sur le lac, les piscines, le jardin.

IMG_9799

Comme promis, il appelle les petits singes qu’il a ramenés de Bolivie et qui se sont maintenant reproduits dans le jardin de l’hôtel. Les enfants peuvent même les toucher. Grand moment de plaisir.

 

Nous discutons aussi de son métier de pompier qui l’a conduit à lutter contre les incendies aux US mais qui le mène aussi régulièrement en France pour partager son expérience avec nos pompiers. On partage aussi nos expériences du milieu carcéral, Hélène ayant fait du bénévolat et le patron ayant dirigé des équipes de prisonniers volontaires pour lutter contre le feu en échange d’une réduction de 50% de leur peine.

Petite promenade dans le jardin de l’hôtel

Avant de s’envoler pour les états unis, le patron tient à nous emmener sur les hauteurs de San Bernardino pour nous montrer les villas et la vue sur le lac. Il nous conseille d’aller manger au ‘café frances’. Nous avions constaté la veille qu’il était fermé mais les propriétaires viennent de rentrer de vacances. Nous sommes accueillis comme à la maison par un couple de retraités qui a trouvé là un bon compromis, une bonne qualité de vie, du travail et des bénéfices en excès 1 mois de l’année et le reste suffisamment d’activité pour ne pas s’embêter. Nous apprécions notre deuxième magret de canard du voyage et les enfants se régalent avec la mousse au chocolat. Au moment de partir, Camile et Hombeline font un bisous comme ils auraient pu le faire à papy et mamie.

IMG_9882

La propriétaire nous a conseillé de nous arrêter à Caaguazu pour bivouaquer le soir, non pour son intérêt touristique (apparemment peu de choses à voir sur la route vers les chutes d’Iguazu) mais parceque c’est une bourgade suffisamment riche pour que nous y trouvions un endroit sûr pour dormir. A notre arrivée, à Caaguazu, nous stationnons sur la plaza de la libertad. Effectivement, nous ne devrions pas avoir de problème de sécurité car un poste de surveillance policière est installé dans un mirador au dessus de la place et dès que Camile et Hombeline essaient d’utiliser les équipements sportifs pour adultes, la police intervient! Pascal remarque une mamie et ses 2 petites filles qui observent le camping car avec intérêt. Il leur propose de visiter et nous entamons la discussion avec la mamie vite rejointe par sa fille et son gendre qui tiennent une sandwicherie en face de notre camping-car. Il s’agit d’une famille espagnole qui a émigré au Paraguay quelques mois auparavant pour quitter l’économie atone de l’Espagne. Une fois notre dîner terminé nous allons boire un verre avec eux. Ils nous racontent un peu plus les 4 années de chomage du papa, la mère qui ne retrouve pas de travail après plusieurs arrêt maternité, l’hypothèque impossible à payer et la décision de partir rejoindre la grand-mère (precheuse témoin de Jéhovah) au paraguay dont l’économie permettrait selon eux à tous ceux qui désirent travailler de trouver une activité. Ils nous racontent aussi l’intégration dans le système scolaire public catastrophique au Paraguay (mi-temps scolaire pour les enfants, 40 élèves par classe, peu de discipline, chiens qui peuplent les écoles…). Ils attendent avec impatience la prochaine rentrée scolaire en espérant avoir assez d’argent alors pour payer une école privée.

Advertisements

2 thoughts on “SanBernardino

    • Hé oui, en dehors des paysages, on aime aussi rencontrer d’autres personnes, d’autres cultures, d’autres parcours de vie. Cela fait réfléchir. Bises

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s